La formation continue et ses vertus thérapeutiques

FPSPP (ex. FUP), CPF, Fongecif, OPCA, Copanef, CPNE, CEP, etc….

Qui connait ces termes ? Peu de monde mis à part tous ceux qui gravitent autour du microcosme nébuleux de la formation.

Des membres du gouvernement et les partenaires sociaux, principalement, se réunissent régulièrement pour produire des réformes qui n’ont pas le temps d’être pérennisées pour prouver leur efficacité. Résultat : à chaque nouvelle réforme les financeurs (OPCA, OPACIF…), les entreprises, les organismes de formation, les salariés, les individus…passent beaucoup de temps à intégrer le vocabulaire spécifique et le nouveau fléchage des dispositifs de formation professionnelle continue.

Finalement, en France, nous savons rendre tortueux des chemins qui pourraient être si faciles et agréables à emprunter pour se former. Il y a de quoi se décourager, non ?

Si encore ces réflexions, débats et finalement réformes nous tiraient vers le haut en matière de développement de compétences…que nenni puisque le classement Piacc de l’OCDE [Programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes], évalue la compétence des personnes, en France, en activité, âgées de 30 à 50 ans en avant-dernière position sur 34 pays !!

Une étude de janvier 2015 de la Commission Européenne déclare que « Les pays alliant des emplois de qualité à une protection sociale efficace et à un fort investissement dans le capital humain ont mieux résisté à la crise économique. C’est là une des principales conclusions du rapport 2014 sur l’évolution de l’emploi et de la situation sociale en Europe, consacré aux séquelles de la récession, qui préconise de soutenir la productivité en investissant dans l’acquisition et la préservation par les travailleurs des compétences recherchées… »

Au delà d’une culture d’apprenance qui est un levier de développement indéniable de toute civilisation industrielle, économique, culturelle, morale…nous pourrions nous pencher aussi sur les bienfaits thérapeutiques de la formation professionnelle continue.

En effet, « selon une étude de Daniel Fujiwara, économiste à la London School of Economics and Political Science, parue en 2012, suivre une formation continue aurait un effet bénéfique sur le bien-être général des individus. Cela aurait également un impact positif sur la santé, modifierait le statut professionnel, influencerait la vie sociale et stimulerait le bénévolat. L’étude, menée au Royaume-Uni, s’appuie sur des résultats obtenus dans le cadre d’un sondage réalisé auprès de 10 000 personnes. » 

Mettons en parallèle l’étude réalisée en 2012 par Gallup international qui conclue que seulement 9% des salariés se disent « engagés » c’est à dire, impliqués, proactifs, en un mot épanouis dans leur travail et créateurs de valeur pour leur entreprise.

La solution est peut-être là : donner l’envie et surtout faciliter l’accès à la formation à tout citoyen afin que chacun puisse s’épanouir dans sa vie privée et s’engager plus avant dans son univers professionnel.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s